« Qu'est-ce que la poésie ? Une pensée dans une image. »

Johann Wolfgang von Goethe, Maximes et réflexions (1749-1832).

Qu'est-ce que la poésie ?

La poésie : terme devenu indéfinissable parce que toute définition en serait désormais trop réductrice. La poésie est analogue à toutes les musiques populaires issues du rock. Il fut un temps où le genre présentait une façade clairement identifiable pour la plupart des gens. Il était le creuset d'une vitalité créatrice de la marge. Il avait ses fanatiques, ses amateurs fervents et ses contempteurs mais personne n'hésitait à classer un morceau à l'intérieur ou à l'extérieur de son univers.

Depuis lors, les ruptures et les divisions, les emprunts, les multiples métamorphoses et les élargissements ou éclatements en d'innombrables branches ont donné naissance à une diversité de courants dont la parenté n'est plus lisible qu'après un long travail documentaire. Désormais, la question de sa définition dans une identité bien enfermée, sans aucune zone périphérique floue n'aurait plus aucun sens.

De la même manière, la poésie, sur les soixante dernières années, a suivi une évolution qui rend absolument impossible sa compréhension au moyen de catégories prédéfinies ou au moyen d'une histoire littéraire confortable et facilement balisable.
Elle s'est muée en une multiplicité d'expressions inattendues et insoupçonnables. Elle donne au premier abord l'impression d'un archipel infini dont l'exploration requiert une méthode de cartographie à renouveler en permanence, d'autant plus qu'elle s'est emparée des technologies modernes et s'est disséminée sur des supports parfois imperceptibles à l’œil non aguerri.
L'espace et le temps prennent progressivement une autre dimension et le langage habituel se révèle impropre à toute description et à tout repérage dans l'ordre des dénominations classiques car les formes prises par la poésie ou les poésies échappent aujourd'hui aux notions littéraires anciennement en vigueur pour l'analyser et l’enseigner.

C'est à la fois une source de joie et d'inquiétude car "dès qu’on abuse de l’histoire ou qu’on lui accorde trop de prix, la vie s’étiole et dégénère". Cependant, "nous avons besoin de l’histoire, mais nous en avons besoin autrement que le flâneur raffiné des jardins du savoir, même si celui-ci regarde de haut nos misères et nos manques prosaïques et sans grâce. Nous en avons besoin pour vivre et pour agir, non pas nous détourner commodément de la vie et de l’action". "Nous ne voulons servir l’histoire que dans la mesure où elle sert la vie".

Ces pensées de Nietzsche sur le rapport à l'histoire s'appliquent probablement bien à la publication d'Yves di Manno et Isabelle Garron :
Un nouveau monde, Poésies en France 1960-2010, somme magistrale et passage anthologique, paru chez Flammarion au début de l'année 2017.

Voir la fiche de l'ouvrage sur mylib'

Présentation d'Un nouveau monde

Il n'est nullement question ici de publier une recension de ce monument impressionnant. Les liens ci-dessous pourvoiront à ce besoin.
On insistera simplement sur une qualité incontestable du travail. Le rassemblement bibliographique majeur qu'il contient, tant sur la période indiquée dans le titre que sur chacun des chapitres en particulier, suffirait déjà à lui conférer un statut de référence incontournable.
Il s'agit plutôt de partager les réflexions que sa découverte peut amener. Sa conception fait date parce qu'elle comble une cruelle lacune. Un genre littéraire, autrefois considéré avec respect par le monde littéraire, est progressivement devenu confidentiel au point que l'amateur curieux doit faire preuve de grande persévérance s'il prétend se cultiver valablement et dépasser les piètres données d'accès immédiat. L’information, quand elle est disponible, est devenue trop distante, trop éparpillée et décontextualisée, d’une qualité trop inégale pour être appréhendée avec sérénité.

Grâce à ce point d'ancrage, l'exploration de l'archipel devient plus aisée.
Cependant, sa forme, d'une part chronologique et d'autre part anthologique, conserve les traits de l'époque où le web n'existait pas encore.
Les moyens actuellement disponibles comme les réseaux dédiés à la chaîne du livre, exploités conjointement avec d'autres outils devraient permettre une mise en commun des explorations.
Telle est donc la proposition présentée ici : concevoir une cartographie évolutive des poésies à partir des contributions des explorateurs capables de se lancer dans l'expédition.

Cette modeste contribution est donc une invitation au partage des idées sur la question : comment trouver les formes suffisamment souples et dynamiques, adaptées à notre monde mais néanmoins conçues dans une perspective de long terme, de manière coordonnée pour atteindre une facilitation effective de l'accès à l'information globale dans ce domaine ?

Alain REUL

 

Références :